Algérie : Annoncées hier – Consultations pour un gouvernement de transition

par Mahdi Boukhalfa

Les consultations pour la formation d’un gouvernement de transition, chargé notamment de préparer une conférence nationale inclusive, devant ouvrir la voie à l’élection présidentielle, dans au moins une année, ont débuté, a annoncé hier dimanche, une source officielle, citée par l’APS.

Le Premier ministre Noureddine Bedoui et le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra ont entamé les consultations pour la formation du nouveau gouvernement, dit de «compétences nationales», rapporte l’APS, citant une source bien informée. Selon la même source, «la nouvelle équipe gouvernementale sera composée de compétences nationales avec ou sans affiliation politique et reflétant de manière significative les caractéristiques démographiques de la société algérienne».

Le Premier ministre et le vice-Premier ministre ont déjà tenu une première séance de travail, centrée sur la structure de la composante du prochain gouvernement, précise-t-on.

Les deux chefs du prochain exécutif, qui ne sera que transitoire, doivent étendre ces consultations, qui sont en cours, aux représentants de la société civile, aux formations et personnalités politiques qui «en exprimeraient le souhait en vue d’aboutir à la mise en place d’un gouvernement de large ouverture», précise la même source, citée par l’APS.

Lors de sa première conférence de presse, jeudi dernier, après sa nomination par le Président Bouteflika, en remplacement de M. Ahmed Ouyahia, pour diriger ce «gouvernement de larges compétences», M. Bédoui avait, notamment, expliqué que -le nouveau gouvernement- sera de nature «technocrate» et «représentatif» de toutes les forces et compétences de la Nation, en particulier les jeunes et «ouvert» à tous les courants politiques. «Concernant la composante du nouveau gouvernement, nous sommes en période de concertation et le prochain exécutif sera composé de technocrates, représentatif des forces et compétences nationales, à même de contribuer à gérer la période de transition, qui ne devrait pas dépasser une année pour répondre aux aspirations du citoyen algérien», a expliqué le nouveau Premier ministre à la presse, lors d’une conférence animée conjointement avec Ramtane Lamamra.» «Le travail du prochain gouvernement consistera à mettre tous les moyens pour permettre le bon fonctionnement des différents services et institutions du pays», a-t-il ajouté, soulignant que ce gouvernement, «qui sera ouvert à tous les courants politiques, s’attellera, dès son installation, à préparer la Conférence nationale indépendante et inclusive de consensus à laquelle avait appelé le président de la République». Selon M. Bédoui, «les portes du dialogue sont ouvertes pour tout le monde, sans exception et sans exclusion».

Dans son message aux Algériens au lendemain de son retour en Algérie, après un séjour médical de deux semaines, en Suisse, le président avait annoncé «des changements importants au sein du gouvernement. Ces changements constitueront une réponse adéquate aux attentes dont vous m’avez saisi, ainsi qu’une illustration de ma réceptivité à l’exigence de reddition de comptes et d’évaluation rigoureuse dans l’exercice des responsabilités, à tous les niveaux et dans tous les secteurs». Des noms de personnalités politiques consultées, en prévision de la formation de ce gouvernement de transition, circulent déjà sur les réseaux sociaux, alors que d’autres sont proposés pour faire partie de cet exécutif qui devra plancher sur l’organisation de la conférence nationale inclusive, proposée par le président Bouteflika.

Une seule chose est, pour le moment sûre: l’opposition veut que la période transitoire, avec ou sans nouveau gouvernement, soit la plus courte possible pour mettre en place les nouvelles institutions élues. Autrement, plusieurs voix dans l’opposition, ont dénoncé cette démarche du pouvoir pour «gagner du temps». L’ancien président du RCD Said Sadi, le président de Talaie El Hourryet Ali Benflis, ou la SG du PT Louisa Hanoune, et beaucoup d’acteurs de la société civile, ont déjà rejeté cette démarche du pouvoir et appelé le président Bouteflika à partir, à la fin de son mandat, le 28 avril prochain. «Et tant qu’il est encore temps, avant qu’il ne soit trop tard, que la présidence annonce le retrait de Bouteflika à la fin de son 4e mandat, la démission du gouvernement actuel, la dissolution du parlement et désigner un gouvernement technique provisoire, composé de femmes et d’hommes intègres, compétents et patriotes, chargé des affaires courantes», a annoncé, hier, dimanche Louisa Hanoune à l’ouverture d’une réunion des cadres du parti. «Il y va de l’existence même de la nation algérienne», a-t-elle ajouté.

Le Quotidien d’Oran, 18 mars 2019

Tags : Algérie, Présidentielles 2019, Bouteflika, gouvernement, transition, constitution,

Comments are closed.